vendredi 1 janvier 2021

Bilan 2020 et perspectives

Je voulais, comme je l'ai déjà fait, vous proposer un bilan avec mes meilleures lectures de l'année, mais j'ai renoncé. Je n'y arrivais tout simplement pas, car il y a eu énormément de superbes romans cette année, rendant arbitraire toute sélection. Et je crois que je ne me sentais pas de distribuer des bons points, car telle était mon impression. Bizarre, car je prends grand plaisir à lire les sélections sur les blogs et autres sites, sans avoir ce sentiment.  

J'ai donc procédé (et je l'avais fait l'an dernier) en regardant quels pays avaient dominé mes lectures, quelles langues, quels genres aussi.

Je précise d'emblée que je ne tiens ici aucun compte de mes lectures graphiques (bandes dessinées) ni de mes lectures de classiques hors-roman (poésie, par exemple, ou Les Caractères de La Bruyère).

Comme l'an dernier, la France (auxquels s'ajoutent auteurs belges et suisses, je le précise) domine largement mes lectures. Mais cette année, ce sont les USA qui viennent en deuxième, et j'en suis la première surprise. L'Italie (❤️) arrive ensuite. 

Côté aires linguistiques, logiquement, le français et l'anglais sont en tête. 

Et si vous rattachez comme il se doit la France à l'Europe, vous constatez que mes lectures sont très très majoritairement européennes. 

Enfin, quelques chiffres bruts : j'ai lu 129 livres, et là-dedans un peu plus de 60% des livres achetés en 2020 (une centaine de livres achetés). Oui, j'ai lu (ou relu) des titres achetés avant 2020, parfois bien avant...

Pour la plupart ce sont des polars ou des romans noirs, avec une poignée de romans ne relevant d'aucun genre. Je pense avoir lu moins de littérature de jeunesse que d'habitude. Il y a quelques titres relevant des littératures de l'imaginaire, et une poignée de thrillers. 

2021 s'annonce bien, il y a des romans que j'attends avec gourmandise. Mais mon stock reste très conséquent, et nombre de romans n'ont pas encore trouvé leur moment dans mes lectures. Mes souhaits (et non mes résolutions, car on ne les tient jamais):

- veiller à plus de diversité dans les genres lus : l'année 2020 a été dominée par le roman noir, 2021 le sera sans doute aussi (team roman noir forever), mais je trouve que j'ai fait peu d'incursions dans d'autres formes littéraires, et c'est dommage;

- m'efforcer de varier les aires culturelles : il me semble que j'ai été moins curieuse de territoires (notamment dans le noir) que d'habitude, et c'est sans doute dû à la dominante française de mes lectures;  

- faire un effort pour alterner nouveautés et livres acquis dans les mois voire les années passées; 

- raisonner un peu mes achats, parce que cela ne sert pas à grand-chose d'acheter des dizaines de romans que je n'ai pas le temps de lire ensuite, ou plutôt, cela ne crée que de la frustration; 

En janvier, j'ai repéré d'ores et déjà 6 titres, 6 nouveautés. Ce serait bien que je m'y tienne, que je n'aille pas au-delà, d'autant que je sais que j'aurai un mois un peu difficile côté lecture : beaucoup de boulot et une opération (bénigne) à la mi-janvier, qui aura des conséquences sur ma capacité à lire. 

Une chose est certaine, j'aborde 2021 avec une envie intacte de lire, peut-être même renforcée, car voyez-vous, en ces temps troublés, incertains, souvent angoissants, lire est à la fois un moyen de comprendre le monde et de s'en extraire, de faire de salutaires pas de côté, et je ne compte pas me priver de cet immense plaisir, de ce refuge indispensable. Je lirai ce que je veux, en me méfiant plus que jamais de mon snobisme ou de mon élitisme, si possible. 

Je souhaite à tous ceux qui passeront par là une année douce, pleine d'éblouissements littéraires, et je ne prends pas grand-risque en vous disant qu'assurément, 2021 tiendra de ce côté-là toutes ses promesses.


Aucun commentaire: