dimanche 31 août 2014

Un bilan de fin d'été (août 2014)

Dessin de Quint Buchholz (source)

Un mois d’août plein de bandes dessinées, voilà ce que je retiendrai pour ce bilan. 
Côté romans, le deuxième volume des aventures de Nicolas Le Floch m’a plu mais je connaissais l’intrigue: L’homme au ventre de plomb de Jean-François Parot reste un plaisir de cet été, et sans impatience quant à la suite de la série, je sais que j’y reviendrai, à un moment ou à un autre. 
Ils désertent de Thierry Beinstingel a été une très belle découverte, en dépit d’une fin réconfortante  un peu irréaliste à mon goût… Mais voilà un auteur à suivre, dont un nouveau roman sort ces jours-ci je crois. 

Trosième tombe tout droit  de Darynda Jones a tenu ses promesses et plus encore, là je fais durer le plaisir alors que j’ai envie de me précipiter sur le volume suivant!
D. de Robert Harris m’a tenue en haleine: l’auteur est un bon faiseur, efficace, rien de plus et rien de moins. 
Pétronille d’Amélie Nothomb m’a fait rire : c’était mon premier Nothomb « non-japonais », j’avais quelque appréhension, et je me suis régalée…
Les péchés de nos pères de Lewis Shiner a failli être un très grand roman noir, il est un bon polar, dommage… Mais j’en recommande la lecture (billet à venir).


Enfin, seule lecture jeunesse de l’été, et en VO s’il vous plaît, We Were Liars de E. Lockhart m’a beaucoup plu, c’est un piège à lecteurs, j’y reviendrai sans doute.


Les bandes dessinées m’ont comblée, c’était un plaisir de renouer avec le 9ème art que j’ai un peu délaissé ces dernières années, et auquel je n’ai pas eu accès à cause de mes yeux pendant plusieurs mois. 
J’ai beaucoup aimé le trait de Virginia (tome 1) de Blary (le tome 2 m’attend mais à quelques centaines de kilomètres de chez moi, patience), et l’histoire, sans être pour le moment bouleversante d’originalité, a un côté Dans la brume électrique avec les morts confédérés qui n’est pas pour me déplaire… Autre tome 1 au dessin fort talentueux, Broadway, de Djieff dont j’ai déjà parlé, je lirai le tome 2, c’est certain. 

Côté manga, j’ai aimé Daisy. Lycéennes à Fukushima, T01, de Reiko Momochi, qui mêle délicatement les codes du shojo à des témoignages bouleversants sur l’après-tsunami. 

Enfin, dernière série inachevée, Les gens honnêtes de Durieux et Gibrat, à la fois sombre et enchanteur, un concentré d’humanité, mais damned, je croyais sottement que le tome 3, récemment paru, venait clore la série, et pas du tout, il y en aura un quatrième… 

La malle Sanderson de Götting est une petite merveille graphique et scénaristique, j’ai adoré découvrir cette bande dessinée (pas une parution récente). 

Et puis il y a eu des romans graphiques, également passionnants ou presque: oui, il y a eu la déception Lip. Des héros ordinaires de Galandon et Vidal… Mais il y a eu le formidable La vie sans mode d’emploi de Désirée et Alain Frappier, chronique attachante des années 1980, le très touchant Cet été-là signé par les deux Tamaki, une belle entrée dans l’adolescence racontée avec beaucoup de délicatesse, et Ainsi soit Benoîte Groult de Catel, regard fin sur une trajectoire de femme militante… 

  

Enfin, il y a eu La maison n’accepte pas l’échec, de David Snug, le petit album inattendu qui provoque (chez moi) des fous rires et que je relirai, forcément, juste pour rire encore… Celui-ci aura son billet, malgré mon retard…


J’oubliais : j’ai lu le premier épisode (issue 1) de The Fade Out de Ed Brubaker et Sean Phillips (Image), et waouh! outre que la couverture est d’une beauté renversante (je pense l’encadrer, c’est vous dire), le début du récit est accrocheur, très ellroyen et très film noir… J’ai hâte de lire la suite!



Vous le constatez, comme plusieurs d’entre vous, j’ai du mal à suivre le rythme d’écriture, je lis mais je rédige peu de billets, et comme le mois de septembre devrait voir les choses s’accélérer côté boulot, je ne suis pas certaine de tout chroniquer. 


Bon, c’est pas le tout, mais au moment où je rédige celui-ci, de billet, je dois passer à la librairie voir les nouveautés de la rentrée, notamment en BD. A plus tard, et bonnes lectures!

EDIT 1er septembre: hier dimanche 31 août, se sont ajoutés à la liste ci-dessus:
- un roman : Quiconque exerce ce métier stupide mérite ce qui lui arrive, de Christophe Donner 
- des albums: Lunes Vénitiennes de Vianello (bof); Mort au tsar. T01: Le gouverneur de Nury et Robin (formidable); Blue Note T01 de Mariolle et Bourgoin (fantastique). 

(oui monsieur, je me tais) Image trouvée ici.

2 commentaires:

dasola a dit…

Bonjour Tasha, "Ils désertent" a été une belle surprise en ce qui me concerne. http://dasola.canalblog.com/archives/2014/07/31/30305610.html Il paraît que son roman précédent "Retour aux mots sauvages" est encore mieux. Bonne soirée.

Tasha a dit…

Damned! Encore un que je vais avoir envie de lire sans en trouver le temps...