mardi 12 août 2014

Challenge Pavé de l'été : L'école de la nuit (Le livre perdu des sortilèges T02) de Deborah Harkness


Présentation (éditeur)
Diana Bishop, jeune historienne héritière d'une puissante lignée de sorcières, et le vampire Matthew Clairmont ont brisé le pacte qui leur interdisait de s'aimer. Quand diana a découvert l'Ashmole 782, un manuscrit alchimique, à la bibliothèque d'Oxford, elle a déclenché un conflit millénaire. La paix fragile entre les vampires, les sorcières, les démons et les humains est désormais menacée.

Déterminés à percer le mystère du manuscrit perdu, et tentant d'échapper à leurs ennemis, Diana et Matthew ont fui à Londres... en 1590. Un monde d'espions et de subterfuges, qui les plonge dans les arcanes du passé de Matthew et les confronte aux pouvoirs de Diana.
Et à l'inquiétante École de la nuit.



Ce que j'en pense
Il y a quelques mois, je me suis laissée embarquer par le premier volume de la trilogie de Deborah Harkness, Le livre perdu des sortilèges. Comme ce n'était pas un mince volume, j'ai patienté avant de m'attaquer au tome 2, L'école de la nuit, l'été me semblant propice à une telle lecture. Et puis quand je me suis inscrite au challenge estival proposé par Brize, L'école de la nuit m'a semblé parfait pour le "pavé de l'été"! 
J'ai eu grand plaisir à retrouver les personnages et à en découvrir de nouveaux au gré de ce volume qui prend place dans l'Angleterre élisabéthaine. Nos deux héros se réfugient dans ce passé où notre vampire bien-aimé, Matthew, se meut avec aisance, afin de retrouver le manuscrit Ashmole 782. Diana va apprendre à connaître sinon à maîtriser sa magie, tandis que Matthew retrouve ses vieux amis, parmi lesquels un certain Christopher Marlowe... Ce n'est pas le moindre des charmes de ce deuxième volume que de nous faire explorer le Londres du 16e siècle, et Deborah Harkness utilise de manière romanesque et remarquable sa formidable érudition, relisant à sa manière et pour les besoins de l'intrigue certaines figures et certains événements attestés. 
En revanche, L'école de la nuit s'éloigne assez nettement de la bit-lit, me semble-t-il, car l'histoire d'amour entre notre sorcière et le vampire se porte bien (merci pour eux), et n'est pas un enjeu romanesque fort. Le roman reste toutefois solidement ancré dans la fantasy, Diana explorant ses aptitudes surnaturelles dans une atmosphère de chasse aux sorcières.
L'ensemble est captivant, charmant, érudit et pourtant léger. Deborah Harkness n'a pas d'autre but que de divertir, et elle accomplit sa mission avec brio. J'ai hâte, ô combien, de lire le troisième volume, annoncé pour l'automne*. 
Bref, ce fut un pavé de l'été enthousiasmant. Pour aller sur la page récapitulative du Pavé de l'été chez Brize, c'est ici !!!!

Deborah Harkness, L'école de la nuit, Orbit, 2012. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Pascal Loubet. Disponible en Livre de Poche : 936 pages.  


* Le nœud de la sorcière est annoncé pour octobre 2014, chez Orbit évidemment. 

3 commentaires:

Shelbylee a dit…

Pour ma part, je n'ai pas aimé du tout. Je n'avais pas trop aimé le premier mais je n'avais pas pu résister au teasing sur l'époque élisabéthaine. Et je me suis une nouvelle fois de plus ennuyée comme pas possible :-( En plus faire de Kit Marlowe un démon il me semble, m'a achevée.

Tasha a dit…

C'est vrai que c'est une période que tu connais bien, je peux comprendre que ces choix t'agacent! Moi je suis une bille sur la période, donc Marlowe peut bien être un démon! ;-)

Brize a dit…

"un pavé de l'été enthousiasmant" : cool :) !