mercredi 6 août 2014

Miss Alabama et ses petits secrets de Fannie Flagg


Présentation
Birmingham, USA. Ex-Miss Alabama. Maggie Fortenberry a pris une grande décision. Après avoir pesé le pour et le contre, elle a décidé de mettre fin à ses jours. Elle n'est ni malade, ni déprimée, elle a un travail plutôt agréable dans une petite agence immobilière locale, mais elle a, malgré tout, trouvé seize bonnes raisons d'en finir, la principale étant peut-être qu'à 60 ans, elle pense avoir connu le meilleur de la vie. Continuer, pour aller vers quoi ? Maggie a donc arrêté la date de sa mort et se consacre désormais méticuleusement à en régler les derniers détails, en tenant à jour la liste des dernières choses à faire avant de disparaître. Mais peu de temps avant de passer à l'acte, Maggie est invitée par une de ses collègues, Brenda, à un spectacle de derviches tourneurs. Le trouble est jeté dans son esprit. La représentation est dans six jours, elle peut bien attendre six jours encore avant de mourir, ne serait-ce que pour faire plaisir à Brenda. Loin est-elle de se douter combien ces six jours seront riches en surprises, en secrets dévoilés et en événements imprévus qui vont lui montrer que la vie a beaucoup plus à lui offrir qu'elle ne le pense.

Ce que j'en pense

De toute évidence, Miss Alabama et ses petits secrets (encore une traduction de titre stupide) est l’équivalent en littérature des feel-good-movies: on ressort de la lecture apaisé, souriant. Miss Alabama a des secrets, certes, mais le secret majeur, dévoilé dès le début, est qu’elle veut se supprimer, en finir avec la vie. Elle prévoit tout mais… Je n’en dirai pas plus. Notre héroïne, ancienne miss Alabama, toujours une beauté élégante, va de contrariété en contrariété, ce qui l’oblige constamment à différer ses projets de suicide; rien de glauque là-dedans, au contraire. Cette incorrigible altruiste, dotée d’un sérieux sens de l’engagement et d’une loyauté à toute épreuve, met constamment ses projets entre parenthèses pour aider ses amies. Et Fannie Flagg excelle à mettre en scène son petit groupe de femmes, qui toutes traversent l’existence avec détermination, malgré les difficultés. Mine de rien, Fannie Flagg évoque des décennies d’histoire des femmes, abordant souvent les choses sous un angle social qui n’est pas pour me déplaire. C’est ce qui faisait la force de Beignets de tomates vertes, c’est ce qui fait le sel de ce roman. Alors oui, le récit prend le chemin de l’optimisme, mais comme il fait sans niaiserie, il n’est pas désagréable de se laisser emporter. 

Fannie Flagg, Miss Alabama et ses petits secrets (I Still Dream about You), Le Cherche-Midi, 2014. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Jean-Luc Piningre. Publication originale: 2012. Disponible en ebook.

2 commentaires:

keisha a dit…

On n'est pas dans la "grande littérature", mais c'est plaisant et bien fait.

Tasha a dit…

c'est parfaitement résumé!