lundi 17 février 2014

L'effrayante aventure de Jules Lermina


Présentation
Paris, début du 20e siècle. Un homme découvre un cadavre empalé au centre de Paris: mais qui est cet homme et comment a-t-il pu se retrouver dans cette fâcheuse posture? Le célèbre détective anglais, Mr Bobby, est consulté: il est formel, il s’agit du boxeur Coxward. Oui mais… le boxeur a combattu la veille à Londres et n’aurait donc pu être trouvé mort à Paris à l’aube… Comment diable cela est-il possible?

Mon avis
C’est tout à fait par hasard que j’ai téléchargé ce petit roman, dans le domaine public puisque publié en 1913 ; j’étais attirée par l’argument de roman policier et j’avais envie de dépaysement après des lectures plus contemporaines et plus rudes. Sans être un grand roman populaire, L’Effrayante aventure est un plaisant roman, qui joue avec les codes de la littérature populaire de l’époque, mélangeant sans hésitation des genres alors en pleine vogue. En effet, ça commence comme un roman policier, avec ce mystérieux cadavre qu’un célèbre détective anglais va tenter d’identifier ; ça continue comme un roman de science-fiction avec la fabuleuse invention d’un savant farfelu, britannique lui aussi (et on se croirait dans du Tardi). Et ça se termine dans une autre veine, qui lorgne du côté de la « terre creuse » et du « monde perdu », qu’on peut supposer bien connus des lecteurs d’alors. Cela pourrait avoir terriblement vieilli et être illisible mais la plume de Jules Lermina est vive, alerte, pleine de drôlerie, et j’ai trouvé cela très plaisant. Je précise que c’est sans doute plus savoureux quand on est un peu coutumier du roman populaire de l’époque (et du 19ème siècle).
En outre, Jules Lermina s’amuse (en bon libertaire qu’il est) à jouer avec les représentations nationales, nationalistes, pour ne pas dire clairement chauvines des uns et des autres : si les Anglais sont dans un premier temps tournés en dérision par des Français bien sûrs de leur fait, c’est ensuite au tour des Français d’être ridicules à souhait, et Jules Lermina renvoie tout le monde dos à dos, égratignant au passage les institutions et les représentants du pouvoir. Il y a aussi quelques passages bien sentis sur les médias de l’époque, leur soif du scoop à tout prix et leur manque de profondeur informationnelle et franchement, on pourrait les reprendre à notre compte (c’est du moins mon humble avis).
Bref, j’ai passé un excellent moment avec Jules Lermina et il est probable que je jetterai un œil sur d’autres de ses romans.

Pour qui ?
Les amoureux du roman populaire.

Jules Lermina, L’effrayante aventure, 1913. Lu en ebook, dans l’édition réalisée par Feedbooks.



3 commentaires:

Brize a dit…

ça m'a l'air fort sympathique !

Brize a dit…

ça m'a l'air fort sympathique !

Tasha a dit…

C'est rigolo comme tout, évidemment désuet...