mercredi 29 août 2012

Le Châtiment des hommes-tonnerres, L’Agence Pinkerton t. 1 de Michel Honaker



Présentation
Un mystérieux voleur sévit à bord du Transcontinental, en 1869, aux Etats-Unis. La compagnie ferroviaire fait appel à la fameuse agence Pinkerton pour l’empêcher de commettre de nouveaux forfaits : mais alors que le train file vers Sacramento, les trois agents se font tuer par le Chapardeur, qui semble plus rusé et plus fort que tous. Alan Pinkerton va alors recruter trois agents aux motivations diverses : Angus Dulles, aux allures de paysan mal dégrossi, Armando Demayo, d’ascendance navajo (mais il a horreur qu’on le lui rappelle), Elly Aymes, danseuse de saloon au chômage, et Neil Galore, qui sera le héros du récit. Tous trois embarquent à bord du train et vont vivre de périlleuses aventures…

Mon avis
Une nuit d’insomnie (merci la rentreé !), un besoin de lecture « facile » (rien de péjoratif dans cette qualification pour moi), et hop ! j’ai un bref moment lâché Ellory pour me réfugier dans l’Ouest américain…
Le roman est mené tambour battant, et alors que je n’ai aucune attirance pour les récits western, j’ai dévoré ce premier volume, et croyez-moi, j’ai bien l’intention de lire la suite ! Les personnages et les situations sembleront peut-être bien communs aux amateurs du genre (est-il si fréquent dans la littérature de jeunesse ? Je pose la question à ceux qui en sauraient plus que moi), mais pour moi qui ne suis pas familière de ces codes, c’était un régal. Le roman gagnerait d’ailleurs à développer les personnages, mais ce sera peut-être pour les autres volumes. J’ai bien accroché à l’intrigue, les développements m’ont captivée et je n’arrivais pas forcément à deviner ce qui allait se passer. Michel Honaker manie bien la pincée de fantastique qu’il donne à son roman, on y croit ! Le tout n’est pas dépourvu d’humour, ce qui ne fait pas de mal. D’ailleurs, dans le ton, cela m’a parfois fait penser au film Maverick, film de Richard Donner (1994) avec Mel Gibson, Danny Glover et Jodie Foster. Je sais, ma référence est hors d’âge et ne dira pas grand-chose à qui que ce soit…  

Pour qui ?
Je ne sais pas si je peux dire que le roman plaira davantage aux garçons : évidemment c’est l’impression qu’on a quand on voit un récit western dont le narrateur et héros est un jeune homme. Mais rien n’est moins sûr : après tout, j’ai adhéré sans mal à cette histoire, j’ai tout de suite aimé le personnage de Neil Galore. Je crois qu’il plaira aux filles comme aux garçons, et de jeunes lecteurs peuvent le lire sans peine. L’intrigue est simple, les personnages assez peu nombreux, le récit linéaire et structuré en brefs chapitres qui se lisent facilement et rapidement.

Le mot de la fin
Coup de cœur !

Michel Honaker, Le Châtiment des hommes-tonnerres, L’Agence Pinkerton t. 1, Flammarion, 2011 (13 €).

4 commentaires:

Miss Cornelia a dit…

Primo, le film mentionné me parle...je l'avais beaucoup aimé...secundo tu me donnes vraiment envie de renouer avec cet auteur, parfois inégal.

Tasha a dit…

Peut-être était-ce parce que c'était une nuit d'insomnie, mais oui, j'ai passé un bon moment. Tout à fait d'accord, c'est un auteur très inégal...

Miss Cornelia a dit…

J'ai donc finalement lu ce roman avec une délectation totale, je suis d'accord avec l'ensemble de ton billet, je renoue enfin avec un auteur qui m'avait un peu déçue, il y a un ton très anglo-saxon ici, un humour sympathique et le couple,improbable fantastique-western fonctionne parfaitement! Super!

Tasha a dit…

Ah super! Je ferai signe quand (si) je lirai la suite... Il y a tant de choses à lire que j'ai du mal à me tenir à une série, mais quand j'aurai des envies de far-west, je retournerai vers cette série!