vendredi 27 février 2015

Petites coupures à Shioguni de Florent Chavouet


Présentation (éditeur)
Kenji avait emprunté de l'argent à des gens qui n'étaient pas une banque pour ouvrir un restaurant qui n'avait pas de clients. Forcément quand les prêteurs sont revenus, c'était pas pour goûter les plats.

Ce que j’en ai pensé
J’avais très envie de découvrir cette bande dessinée, ce roman graphique de Florent Chavouet, qui passait pour la première fois à une oeuvre de pure fiction narrative. L’objet est somptueux, il faut saluer le travail des éditions Picquier: le livre est un peu cher mais le prix se voit, si je puis dire. 
Je vais tout de suite évoquer ce qui n’a pas fonctionné pour moi, car cette lecture n’est malheureusement pas un coup de coeur. J’ai lu sans déplaisir cette oeuvre mais je n’ai ressenti aucune émotion. Pour moi, c’est un objet ludique et cérébral, expérimental par certains aspects, mais je reste sur le bord, dénuée de toute émotion de lectrice. Or les deux dimensions ne sont pas toujours séparées, je peux être émue par une oeuvre formelle exigeante. Ici, rien.
Malgré tout, je ne peux que saluer le talent de Chavouet: c’est graphiquement remarquable,  narrativement diabolique d’intelligence et de maîtrise. Il explose les codes de la narration graphique et livre une oeuvre mosaïque qui compose une histoire complexe et savamment structurée. Chaque choix est cohérent, intelligent. 
S’il y en a parmi vous qui ont lu Petites coupures à Shioguni, j’aimerais bien savoir ce que vous en avez pensé. 

Florent Chavouet, Petites coupures à Shioguni, Philippe Picquier, 2014. 

Prix Fauve du Polar à Angoulême 2015. 

3 commentaires:

keisha a dit…

Pour l'instant je n'ai que le billet de Lectures sans frontières
http://lecture-sans-frontieres.blogspot.fr/2015/02/petites-coupures-shioguni.html

Hélène a dit…

Comme pour toi ce ne fut pas un coup de coeur, je suis passée à côté de l'intrigue. J'ai toruvé la recherche graphique intéressante mais je n'ai pas été enthousiasmée par l'histoire.

Tasha a dit…

@Keisha : Ah merci je vais aller voir ça!
@Hélène : je me sens moins seule... ;-)