dimanche 26 octobre 2014

Quatrième tombe au fond et Cinquième tombe au fond du tunnel de Darynda Jones


Présentation du tome 4 (éditeur)
Être faucheuse, c'est glauque. Charley a d'ailleurs pris quelques mois pour... se morfondre. Mais lorsqu'une femme vient frapper à sa porte convaincue qu'on essaie de la tuer, la jeune femme doit se relever. Dans le même temps, un pyromane s'attaque à Albuquerque et ses crimes pourraient avoir un rapport avec le très chaud Reyes Farrow, sorti de prison et de la vie de Charley depuis un moment. Il est grand temps pour la faucheuse de reprendre du poil de la bête !


Ce que j’en pense
J’ai déjà parlé de cette série de romans, qui pour moi remplace celle des Stephanie Plum de Janet Evanovich, au prix d’un déplacement générique puisque les Charley Davidson se classent dans ce que certains appellent la romance paranormale. Les romans de Darynda Jones sont pour moi une bulle de légèreté, une promesse de romanesque assumé, une bonne perfusion d’humour, et chaque lecture signifie désormais le retour à un univers dans lequel je me glisse avec délectation, avec ce qu’il faut d’inventivité à chaque volume pour que je ne m’ennuie jamais. Les quatrième et cinquième volumes m’ont enchantée, et j’ai hâte que soit publié chez Milady le sixième, avec la perspective d’un septième opus, qui sort en ce moment aux Etats-Unis. 
L’univers des personnages est désormais bien rôdé, et je me réjouis de retrouver l’oncle Obie, la fidèle Cookie et le ténébreux et sexy Reyes, aux côtés de notre héroïne déterminée, indépendante et… douée pour se jeter la tête la première dans les ennuis. Le quatrième volume contient son lot de révélations quant aux destinées de Reyes et Charley, et c’est passionnant. La relation entre ces deux-là est toujours aussi torride (âmes prudes s’abstenir), et le quatrième volume ajoute du sel en la personne d’un bad boy, Donovan, dangereuse tentation sur sa moto… C’est en cela que Charley me rappelle souvent le personnage de Janet Evanovich. 
Et puis il y a l’humour ravageur de cette série, qui se fonde sur l’univers des personnages mais qui se renouvelle aussi à chaque volume, car Darynda Jones s’y entend pour créer des situations inédites et loufoques. Cela n’empêche pas une tension narrative liée aux affaires de meurtres ou à l’histoire de Reyes. J’avoue que ces femmes mortes qui peuplent l’appartement de Charley dès le début du cinquième volume ont quelque chose de terrifiant pour peu qu’on essaie de visualiser… L’équilibre est réussi entre l’humour et le suspense, et c’est un délice. 
Alors bien sûr, cette série n’a d’autre but que de divertir son lecteur (sa lectrice?), et il n’est pas question ici de recherche formelle, d’écriture poétique ou que sais-je encore. C’est sûr, Darynda Jones n’aura pas de Nobel de littérature. Mais elle me fait oublier tout ce qui me pèse en cet automne, et ça, ça vaut tous les Nobel de littérature à mes yeux. Je ne bouderai pas mon plaisir, c’est une lecture régressive, confortable, d’une efficacité remarquable en termes d’immersion dans la fiction. Vivement le tome 6!

Darynda Jones, Quatrième tombe au fond (Fourth Grave Beneath my Feet), Charley Davidson tome 4, Milady, 2013. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Isabelle Vadori. Publication originale: 2012.
Darynda Jones, Cinquième tombe au fond du tunnel (Fifth Grave Past the Light), Charley Davidson tome 5, Milady, 2013. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Isabelle Vadori. Publication originale: 2013.


4 commentaires:

Miss Cornelia a dit…

Entièrement d'accord avec toi, c'est un des meilleurs anti-dépresseurs du monde...bon en même temps je ne connais rien à ces derniers! Cette lecture me ravit, il me tarde de m'offrir le dernier tome quand il sera sorti.

Tasha a dit…

Je te dois cette découverte, et je peux même dire que sans toi, je n'aurais probablement jamais connu cette série. Bénie sois tu ! (oui allons-y gaiement)

Miss Cornelia a dit…


La vache!!! Carrément ta bénédiction...ben mazette...

Tasha a dit…

Ah ben faut ce qu'il faut!