mardi 21 octobre 2014

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier de Patrick Modiano

Présentation
Le narrateur est un écrivain aguerri et solitaire. Un mystérieux individu le contacte, car il a retrouvé son carnet d'adresses, mais dans ce carnet, un nom l'intéresse, celui de Guy Torstel. Un nom que le narrateur n'avait pas entendu depuis bien longtemps, et qui le ramène à une femme, Annie Astrand, surgie de son enfance. 

Ce que j'en pense
Que dire qui n’ait été dit sur le dernier Modiano? 
Avant toute chose, je me réjouis que Patrick Modiano se soit vu attribuer le Prix Nobel de Littérature 2014. Je sais qu’il n’en avait peut-être pas besoin, mais cela lui confère une visibilité nouvelle au niveau international, et basta. 
Cet été, j’ai lu son premier roman et je ne l’ai pas aimé. Pour autant, il me semblait inconcevable de ne pas lire Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, car j’attends toujours avec impatience le nouveau Modiano. 
C’est un roman complètement modianesque, et pourtant peut-être pas le plus facile pour qui voudrait découvrir l’auteur. En effet, Modiano y radicalise certains traits de son écriture, par une structure articulée à trois niveaux temporels (le narrateur enfant, le même en écrivain débutant, l’homme d’aujourd’hui), et surtout par un goût affirmé des portes ouvertes et pas refermées… Par cette métaphore consternante, je veux dire que ceux qui aiment les romans qui bouclent tout, qui ne laissent rien en suspens, qui donnent toutes les explications, en seront pour leurs frais. De Chantal et de Gilles nous ne saurons pas grand-chose pour finir, des mystérieux personnages qui ont peuplé l’enfance du narrateur non plus, d’Annie Astrand et des raisons qui la poussent à fuir encore moins. Le roman se construit sur des réminiscences, des vrais-faux hasards, des attentes déçues, des abandons inattendus. La mémoire fait défaut, elle déforme, reconstruit, surprend, on souhaite se souvenir autant qu’on le redoute, chez Modiano, et c’est toujours bouleversant. Je ne sais comment il parvient à créer des personnages aussi émouvants avec si peu de choses. 
J’ai terminé le roman sans m’en rendre compte, au bord du vide, et un curieux sourire aux lèvres, enchantée par ce nouvel opus. 


Patrick Modiano, Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, Gallimard, 2014. Disponible en ebook.

2 commentaires:

laure a dit…

J'ai A-DO-RE ce livre !

Tasha a dit…

Et j'espère qu'on est nombreux à l'adorer!!!