jeudi 20 août 2015

Dans le silence du vent de Louise Erdrich


Présentation
Joe s'affaire dans le jardin avec son père mais sa mère tarde à rentrer : lorsqu'elle arrive au volant de sa voiture, elle est hagarde, recouverte de sang. L'été de ses 13 ans va bouleverser à jamais la vie de Joe.

Ce que j'en pense
Cela faisait longtemps que je voulais lire un roman de Louise Erdrich, auteure tant appréciée de Miss Cornélia. Mon choix s'est porté sur Dans le silence du vent, et comme c'était les vacances, je me suis lancée dans le texte en anglais (titre: The Round House). C'est assurément le coup de coeur de l'été, même si j'ai mis une bonne semaine à le lire (VO + séjour à Berlin). 
Le démarrage m'a bluffée, j'ai rarement été aussi intriguée, bluffée. Puis nous savons rapidement ce qui s'est passé, du moins ce dont a été victime la mère, mais mon intérêt n'a pas faibli. La tension narrative reste forte: qui ? pourquoi? où? Ces questions revêtent un intérêt particulier parce que nous sommes en territoire indien et que cela pose des problèmes de juridiction épineux. Plus largement, le roman aborde la difficulté à faire émerger la vérité dans les affaires de viol, tout spécialement lorsque les victimes sont indiennes. 
J'ai beaucoup aimé la manière dont Louise Erdrich dépeint la vie dans ce territoire indien, entre modernité et tradition, sans misérabilisme. Le fait qu'elle ait elle-même du sang indien est évidemment essentiel, car elle n'a pas un point de vue exotique, pittoresque. 
Ce roman a tout d'un roman noir (attention, pas d'un polar) mais peu importe. Le fait est qu'il charrie des émotions très fortes, avec beaucoup de subtilité. Il y a le drame vécu par la famille tout entière, et puis il y a l'adolescence de Joe, ses copains, ses relations aux adultes qui l'entourent, le tout en cet été si particulier. Tout cela forme un ensemble très cohérent, tout est lié. 
Les personnages sont magnifiques. Joe évidemment, mais aussi sa mère, Géraldine, bouleversante, et son père, à la fois époux dévasté et juge qui ne se déleste jamais de son regard professionnel. Jamais de tentation du cliché dans ce roman, les personnages ont une force inouïe. Mais autour de ce trio, nombreux sont les autres protagonistes, et tous sont importants, tous sont brossés avec la délicatesse qui s'impose. Le grand-père de Joe, sa tante, ses copains, tous les membres de cette communauté ont une existence forte pour le lecteur. 
La tragédie qui se joue n'empêche pas les moments de légèreté: j'ai beaucoup ri à certain passage où le grand-père et une femme de son âge se racontent leur vie sexuelle. C'est hilarant et jamais lourd. 
Je repense beaucoup à ce roman, à ses atmosphères, et je sais que je lirai désormais Louise Erdrich. Le prochain sur ma liste, recommandé par Miss Cornélia, est La Chorale des maîtres bouchers
Merci Miss Cornélia...

Louise Erdrich, The Round House, Harper Collins, 2012. 
Disponible en français sous le titre Dans le silence du vent, au Livre de Poche. 


4 commentaires:

keisha a dit…

La chorale des maîtres bouchers, oui, bon conseil!

Tasha a dit…

Tu me confirmes dans ce choix, parfait!

Miss Cornelia a dit…

Cela me donnerait presque l'envie de replonger dans La Chorale...

Tasha a dit…

He hé! Je te dirai quand j'aurai plongé dedans.