mercredi 5 septembre 2012

Le Cadavre japonais de Janwillem Van de Wetering



Présentation (éditeur)
A Amsterdam, une serveuse de restaurant japonais vient déclarer à la police la disparition de son fiancé. Elle craint qu'il ait été assassiné par des yakusas, car il était chargé d'écouler pour leur compte des œuvres d'art volées dans des monastères bouddhistes. De Gier et Grijpstra ne tardent pas à découvrir la voiture du disparu et en concluent que l'homme a été exécuté. Quant au restaurant, il n'est autre qu'une plaque tournante du trafic d'héroïne en provenance de Chine. C'est pourquoi le commissaire et De Gier vont s'envoler pour le Japon afin de piéger les yakusas, tandis que Grijpstra, resté à Amsterdam, se met à la recherche du " cadavre japonais ".

Mon avis

C’est le cinquième roman de la série dite des Grijpstra et De Gier, écrite par le Hollandais Janwillem Van de Wetering, publiée à partir de 1975 (l’auteur est mort en 2008), et qui compte une quinzaine de titres. Cela faisait un moment que mon compagnon m’en recommandait la lecture, mais c’est un séjour à Amsterdam qui m’a donné envie, au retour, de plonger dans l’univers de Grijpstra et De Gier, sans oublier le commissaire.

J’aime dans cette série le mélange entre loufoquerie et calme, l’humour léger ne faisant jamais oublier l’évocation sociale de la Hollande, toute en subtilité. J’y retrouve le caractère très paisible de la ville d’Amsterdam, telle que je l’ai perçue en février, le caractère apaisant des canaux, l’affabilité des habitants. Je me rends compte qu’il est difficile d’évoquer les spécifités des romans de Van de Wetering. Disons que c’est de la procédure policière, puisque l’on évoque les enquêtes menées par Grijpstra et De Gier sous la houlette du commissaire Jan, mais on est très loin d’une atmosphère à la McBain. C’est que la cité imaginée par ce dernier (inspirée de la Grosse Pomme) est très loin d’Amsterdam, et l’auteur, très influencé par les spiritualités et pensées orientales, insuffle à ses personnages et à son récit une nonchalance très zen, des valeurs de respect et de tolérance tout à fait particulières.

J’avais lu les quatre premiers romans à mon retour d’Amsterdam, en février, y retrouvant l’étrange calme de la cité et de ses canaux, me glissant avec bonheur dans les relations d’amitié et de complicité (et d’humour vache) entre Grijpstra et De Gier. Il m’arrive d’éclater de rire lorsque ce pauvre Grijpstra est aux prises avec l’inénarrable chat de De Gier, ou lorsque les deux comparses jouent de la musique, l’air totalement halluciné, dans leur bureau…

Quelques mois plus tard, après l’ambiance tragique des Anonymes de R.J. Ellory, j’ai eu envie de plonger dans une ambiance plus tranquille, et mon choix s’est porté sur mon Hollandais préféré (c’est que je ne lis qu’un auteur hollandais, à vrai dire, honte sur moi). Ceux qui aiment les séries (je parle ici de livres, mais ça marche aussi avec les séries télévisées) comprendront de quoi je parle: ce plaisir à se glisser dans un univers connu, avec des personnages dont on jurerait qu’ils existent tant ils sont familiers…

Le Cadavre japonais ne m’a pas déçue : il est peut-être un peu moins drôle* que les précédents, parce qu’il se passe essentiellement au Japon et cultive davantage que les autres volumes son côté contemplatif. Le commissaire Jan et De Gier partent ensemble sur les traces d’un trafic d’art orchestré par des yakusas, et c’est un bonheur de les voir se couler dans la société japonaise (je suis fascinée par le Japon, ça aide aussi). Le commissaire calme ses rhumatismes dans les bains japonais avec volupté, mais il y cultive aussi son côté “maître zen”. Quant à De Gier, qui vient de vivre un drame terrible (relaté au début du roman), il appréhende les événements avec un détachement très oriental et perfectionne aux côtés d’un dénommé Dorin ses techniques de combat. L’enquête est sans surprise, y compris pour les protagonistes, mais c’est précisément ce que l’on recherche quand on lit Van de Wetering. Les surprises sont ailleurs, dans la tournure inattendue que prend l’affrontement avec le chef des yakusas, dans les scènes loufoques (l’agent Dorin et les mouches, la scène finale), dans les dialogues…

Voici pour finir un extrait, qui vous donnera une idée du ton. Le commissaire contacte l’ambassade américaine (au début du roman):

“M. Johnson, je vous prie.

- Qui dois-je annoncer? demanda le standardiste.

- Son oncle à héritage.

- Très bien, monsieur, un instant s’il vous plaît.”

Johnson était fébrile. Le code qu’avait utilisé le commissaire signifiait “drogue” et “police”; ils prirent rendez-vous pour le lendemain matin. Johnson viendrait à Amsterdam. Le commissaire fit la grimace en raccrochant. “Quels mômes, murmura-t-il. Il faut entrer dans leur jeu. Il n’y a sûrement pas d’écoutes téléphoniques sur sa ligne, mais jamais il ne dira quoi que ce soit de compromettant. Il est persuadé qu’il y a un Russe sous le tapis et un Chinois encastré dans le plafond. ‘Oncle à héritage’. Et je n’ai même pas pu lui dire qu’il était également question d’un assassinat; j’ignore le nom de code pour assassinat. Il y en a sûrement un. ‘Poisson’, ou quelque chose comme ça. L’oncle à héritage a mangé du poisson. Bof.” (p. 51-52)

 

Pour qui ?
Les amateurs de polars nonchalants.

Le mot de la fin
Zen.

* attention, je ne voudrais pas que vous pensiez que ces polars sont à se tordre de rire, on n’est pas du tout ici dans un ton à la Joe Lansdale ou Donald Westlake. Le style de Van de Wetering ne ressemble qu’à du Van de Wetering. Vous êtes bien avancés, avec ça, hein ?

Janwillem Van de Wetering, Le Cadavre japonais (The Japanese Corpse), Rivages/Noir, 2004. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Philippe-Frédéric Angelloz. Première édition française : Mercure de France, 1981. Edition originale : 1977.
Nota Bene : Janwillem Van de Wetering écrivait ses récits en hollandais puis en anglais.

6 commentaires:

Brize a dit…

Je n'avais jamais entendu parler de l'auteur mais ça peut être sympa (j'aime bien le passage que tu cites). Donc pourquoi pas, à l'occasion, avec le premier de la série (c'est lequel ?, dit celle qui n'a pas le courage d'aller se renseigner).

Tasha a dit…

Le premier est Le Papou d'Amsterdam, puis c'est Maria de Curaçao, ensuite Meurtre sur la digue, après on a Mort d'un colporteur, enfin vient Le cadavre japonais. Prochain épisode pour moi : Le Babouin blond. Dit celle qui n'a pas le courage de mettre l'ensemble des titres de la série et qui s'arrête là où elle en est!

Brize a dit…

"Le Papou d'Amsterdam", "Le Babouin blond", il en a de ces titres :) !
Merci pour l'info, en tout cas (je note) !

Tasha a dit…

:D C'est ce que je me suis dit en les tapant!

Gwenaelle a dit…

Un polar nonchalant? Tiens, il faudrait que j'essaie. Cette collection réserve de belles surprises.

Tasha a dit…

Oui, ils font du bon travail, entre belles découvertes et excellentes rééditions (les Sjöwall et Wahloo ou les Scerbanenco).